Mario Draghi en mode bazooka

Je suis un peu en retard avec ce sujet. Mais voilà. Il vaut mieux que tard jamais. Il y a quelques semaines Mario Draghi a annoncé des nouvelles mesures pour relancer l’économie. Le taux directeur passe à 0%, le deposit rate passe à -0,40%. Le QE est étendu avec des achats de 80 milliards d'euros par mois. La BCE va maintenant aussi racheter des obligations de sociétés. Là, Mario, il a sorti son bazooka. Le but de cet article est de vous convaincre pourquoi ces mesures ne vont pas relancer l’économie. Je vais commencer cet article par expliquer quelles mesures une banque centrale peut prendre, pour ensuite expliquer et développer pourquoi il faut changer de modèle et penser en dehors du cadre. Enfin, je vous dirai pourquoi je pense que l'on est en train de préparer la prochaine crise.


Les mesures conventionnelles

Le taux auquel les banques pouvaient parquer leur argent excédentaire passe de -0,30% à -0,40% et le taux directeur passe à 0,00%. Pour bien comprendre ce que cela veut implique, il faut bien comprendre le mécanisme de transmission de la monnaie. Sur le côté actif de la balance il y a les emprunts aux individus et aux entreprises et les réserves. Sur le côté passif il y a le capital propre et les emprunts à court et à long terme que les banques ont pour se financer. Quand un individu prête de l’argent, la banque crée de la monnaie. Elle crée 100 euros par exemple sur le côté actif de sa balance et 100 euros sont ajoutés sur le compte de l’individu. C’est important. La banque crée de la monnaie et non les banques centrales. Une banque commerciale ne prend pas l’argent des individus pour donner des emprunts. Pour chaque emprunt que la banque donne elle doit garder des réserves, ce qui est normal. Si un individu veut retirer de la monnaie de son compte la banque doit donner cet argent. Une partie du côté passif s’en va donc une le même montant doit partir du côté actif. Ce sont les réserves qui s’en vont. Si à la fin du trajet il n’y plus assez de réserves, la banque doit restreindre son activité d’emprunt.  Ces réserves sont les réserves à la banque centrale ou les banques aujourd’hui paient -0,40% dessus. L’image ci-dessous est simplifié. Elle vient du rapport de la BOE (dont le lien se trouve à la fin de l’article) et explique bien le mécanisme.

Il y plusieurs moyens de restreindre (ou augmenter) l’activité principale des banques.
  • La banque limite elle-même. D'un côté elle veut garder des réserves parce qu'on ne sait jamais d'un aute côté elle ne veut plus donner d'emprunts parce qu'elle ne veut plus augmenter le 'static gap' ou le risque de sa balance. 
  • Les individus ou les entreprises repaient leurs emprunts ou ne veulent pas prendre d'autres emprunts
  • La BCE dicte un taux d’intérêt sur les réserves que les banques doivent payer. Aujourd’hui elle est de -0,40%. Chaque 100 euros que les banques ont en réserve elle reçoivent 99,6 euros de retour de la BCE. 
Mais voilà, on a vu que beaucoup de banques souffrent de ceci. Ce taux négatif mange le profit des banques. Et vous pouvez être anarchiste ou tout ce que vous voulez mais avoir des banques en difficulté, c’est pas très souhaitable. En diminuant les taux, la BCE espère que les banques aussi vont diminuer leurs taux d’emprunt. Cela doit être plus profitable d’emprunter aux acteurs que parquer son argent à la banque centrale. Mais voilà, en Suisse ces taux négatifs ont fait en sorte que le taux d’emprunt repart à la hausse ! Effet inverse !! En Europe les taux n’ont pas augmenté mais le profit a fortement diminué. Donc comme cadeau la BCE offre un taux d’emprunt (repo rate) aux banques de 0%. Les banques peuvent se financer à 0% (côté passif).
Mais bon… Les banques empruntent à 0% pour acheter des obligations qui rapportent encore un peu. Free lunch ? Elles achètent des obligations à la place d’emprunter. Et avec ces obligations on peut emprunter encore de l’argent aux banques. 

Aussi, ces mesures devraient diminuer le taux de l’Euro. Encore raté, il a augmenté. Le problème c’est que toutes les banques centrales du monde sont en mode expansion donc il essaie tous de diminuer leur monnaie.



Les mesures non-conventionnelles
Comme les mesures conventionnelles ne fonctionnent pas la BCE a lancé le Quantitative Easing. En gros cela veut dire que la BCE achète les obligations qu’une banque commerciale détient sur le côté actif pour que ce dernier a de l’argent libre pour relancer la machine d’emprunts. C’est une mesure qui a fait beaucoup de controverses et tout le monde n'est pas d’accord sur comment ça fonctionne en pratique. Pour pas dire de conneries je m’abstiens ici.

Mais ce que je sais c’est que la BCE vient de décider d’aussi racheter les obligations d’entreprises et qu’elle allait encore toujours acheter des obligations à taux négatifs. Ceci est complètement absurde !

Premièrement, les obligations d’entreprises sont plus risquées. Le default risk est beaucoup plus élevé. Que va-t-il se passer si 1%, 10%, 30% de ses obligations font faillites ? Comment financer ça ?

Deuxièmement, à quoi ça sert d’acheter des obligations à taux négatifs ? L’effet directe est que taux va encore diminuer. Veut-on que l’Allemagne emprunte plus grâce à des taux négatifs ? Veut-on qu’elle relance comme ça ses investissements ?

Prochaine étape peut-être est "la monnaie hélicoptère". Chaque individu recevra par exemple 1000 euros sur son compte. A vous de les dépenser. Alors ceci est complètement fou. On veut à tout prix que les gens dépensent. On crée de la demande artificielle. Et un jour quand la drogue s’arrête tout s’effondre. C’est pire après. Il ne faut pas l’oublier. Après qui dit qu’elle cet argent va aller dans l’économie réelle. Si moi je reçois 1000 euros, ça part tout de suite en bourse. J’ai besoin de rien pour l’instant. Oké, je suis jeune. J’aurai peut-être plus tard besoin d’un logement. Est-ce que 1000 euros vont faire une différence ? Non, elle ne va pas faire en sorte que je prends quelque chose de plus cher ou je sais pas quoi.

Aussi on veut créer de l’inflation à tout prix par tous les moyens. Mais la bonne inflation elle est faite grâce à la création de richesse. Les consommateurs achètent des biens qui fait augmenter le prix. Cette hausse de prix se traduit en des gains plus élevés pour les entreprises et en un pouvoir d’achat plus élevés pour les employés. Regardez le graphique ci-dessous. 


Via la demande la richesse est créé et inversement. La monnaie hélicoptère ne crée pas de richesse. La base monétaire n’augmente pas d’une façon naturelle. L’économie c’est comme la nature. On peut y toucher mais quand on y touche on dérègle tout. Le résultat final, c’est que la BCE va injecter de l’argent dans le système, les gens vont consommer et le prix vont augmenter et qu'on crée une l’inflation artificielle. Dans le cas contraire il peut même avoir une dévaluation monétaire. Comme il y a plus d’argent en circulation, elle vaudra moins. L’économie n’est pas une théorie exacte. A côté de ça cette mesure n’a jamais été prise au par avant. On ne sait pas quel effet cela va produire.  

Penser hors du cadre
Un jour nos chers dirigeants devraient penser hors du cadre. D’un côté il y a plus de demande de l’autre les gens n’achèteront pas des biens qu’ils n’ont pas besoin avec de l’argent qu’ils n’ont pas.

II n’y plus de demande parce que la population stagne et l’intelligence artificielle détruit des emplois. La population en Europe est vieillissante et stagnante. Donc moins d’individus est moins de demande. De l’autre côté il y l’intelligence artificielle. Autrefois l’automatisation remplaçait seulement les jobs dans les usines. Elle remplaçait seulement les emplois de bas niveau. Aujourd’hui, on est arrivé à un nouveau stade. Elle remplace aussi les métiers qui requièrent des diplômes. Et ce n’est qu’un début. Il y plein d’exemples d’intelligence artificielle. Donc pas besoin de les mentionner. N’oublions pas que chaque individu qui a un travail est égal a du pouvoir d’achat et qui est la demande. Donc une personne sans emploi c’est une personne sans pouvoir d’achat. On remplace donc des individus par des machines pour produire plus ! Mais plus personne ne veut acheter ces produits parce qu’on en a pas besoin ! Il n’y a pas de demande. Les machines jusqu’à nouvelle ordre n’achètent pas encore… 

Les machines ne consomment pas. Il y a une diminution de consommation. Ceci est pas grave quand la population augmente. Mais voilà elle diminue. Alors comment on fait, chef ? 

Deuxièmement c’est très bien de vouloir faire consommer. Mais les gens ont déjà assez. On arrive dans un nouveau stade, dans une nouvelle ère ou les gens font attention à ce qu’ils achètent. De plus en plus les gens font attention. D’un côté ils n’ont pas besoin de biens avec de l’argent qu’ils n’ont pas. Les banques veulent toujours qu’ils consomment plus et pour cela ils doivent emprunter. Mais bon, emprunter de l’argent coûte aussi de l’argent. Et comme on voit sur le graphique ci-dessous la dette chez les individus est déjà élevée. De l’autre côté plus en plus de gens font attention à leur empreinte écologique. N’oublions non plus pas que le bonheur ne tient pas aux objets qu’on a. 

Ce graphique montre très bien aussi que la dette peut être plus elevé que le revenu disponible des gens. Est-ce vraiment cela qu'on veut ? On peut consommer n'importe quoi, n'importe comment. Mais un jour il faudra repayer cette dette. Et quand elle est plus grande que le revenu on passe ce fardeau à la génération prochaine. 


Donc il faut penser en dehors du cadre. Il faudrait peut-être repenser le modèle. Penser qu’une croissance éternelle n’est plus possible et non plus pas souhaitable. Et peut-être qu’il faudrait repenser notre modèle économique qui est basé sur le libéralisme et la globalisation. Quel est le rapport ? Ici j’aimerais citer Chaos_be (vous trouverez le lien vers son blog à la fin de l’article) :

« L'Europe justement est en train de négocier un truc dont on ne sait pas trop ce qu'il contient sauf qu'il est secret… Et si, on peut rêver, l'Europe décidait d'enfin se sauver ? Mise en place de barrières douanières réelles contre les marchandises produites avec des normes sociales ou environnementales non acceptées en Europe. Histoire de stimuler la concurrence mais la concurrence entre gens soumis aux mêmes règles ? Ceci devrait permettre une re-création européenne, un re-production européenne. Cela permettrait la création d'emplois. Cela pourrait aussi augmenter les salaires locaux, ceux-ci n'étant pas mis en concurrence avec des esclaves à l'autre bout de la planète. »

Et oui les amis. Il faut de nouveau penser à nous. Il faut sortir de cette machine de globalisation. Alors Chaos si tu me lis, je caricature tes propos et je les adapte à mes idées ;-). La concurrence, c’est bien mais quand elle est loyale. On peut créer des emplois et de la demande européenne. Mais seulement si on supprime la perversité du système libéralReste à savoir, qui compte en Europe. Les humains ou les lobbys.

Comment croire en une consommation illimitée dans un monde de ressources naturelles limitées ?


La prochaine crise ?

Une banque qui est plus active dans l’économie réelle sera favorisée. En d’autres mots une banque qui emprunte plus aux particuliers sera favorisée. Ah oui carrément, là on repart comme dans les années 2000. Emprunter à tout le monde et le plus possible parce que comme ça la BCE nous aimera bien. Vous vous rappeler les subprimes. Là aussi les banques aimaient donner de l’argent un peu à tout le monde. Je me demande si on n’est pas en train de faire la même chose. Vouloir que les banques empruntent à tout le monde, même si le risque est grand comme ça le profit de ces banques augmentera grâce à la BCE. On ne pourra pas dire qu’on ne savait pas.

Et puis à la prochaine crise. Pas moyen de diminuer les taux. Comment va-t-on faire ?

Ces taux bas aussi diminuent le ‘equity premium’ des actions. Les banques doivent donc chercher d’autres actifs pour trouver un rendement. Je pense aux pays émergents.

Il y a aussi les banques commerciales qui ne sont plus en équilibre avec tous ses flux de capitaux. L’argent passe d’un endroit du monde à l’autre. Dès qu’une banque centrale change un taux d’intérêt c’est la crise. Ce sujet mérite un article à part. Il est tellement complexe et tellement passionnant. 

Sources : 
 http://www.bankofengland.co.uk/publications/Documents/quarterlybulletin/2014/qb14q1prereleasemoneycreation.pdf
http://blogs.ft.com/the-world/liveblogs/2016-03-09/

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le capitalisme, ennemi de la créativité

Leading or leaving