Le mythe de la générosité


Nos hommes politiques font souvent référence aux pays scandinaves pour leur générosité à la sécurité sociale. Pendant les élections on a beaucoup parlé des dépenses de l’état. Trop hauts pour certains, trop bas pour d'autres. On est à 54% du PIB. Ce n’est pas bien grave pour certains comme au Danemark et co c’est encore plus. Soyons le premier de la classe, non ? Mais si on faisait un peu tomber le mythe ?

L’indicateur Social Spending / GDP
Je vais vous parler d’une partie des dépenses, notamment des dépenses sociales ou de Social Spending en Anglais. C’est le flux d’argent qui sort du Ministère des Affaires Sociales pour financer la sécurité sociale (92 milliards en Belgique en 2010). Il faut financer les allocations de chômage, les pensions, les soins de santé,… En somme, on pourrait dire que les citoyens ont une assurance contre un risque. Il y a un risque de tomber sans boulot, de tomber malade, … Nous sommes protégés, si le risque se produit nous recevrons des indemnités.

Combien l’Etat veut payer pour chaque assurance et comment il finance la sécurité sociale est différent pour chaque pays. Cela dépend de la politique menée dans les pays.

Pour comparer les dépenses entre les pays nous divisons dépenses sociales par le PIB. On appelle ceci l'indicateur Social Spending / GDP. On obtient un pourcentage. Ci-dessous vous trouvez un graphique qui analyse l’évolution des dépenses sociales par rapport au PIB dans les pays de l’OCDE. Les dépenses sociales étaient de 5-15% en 1960. En 2013 elles sont à 25-35%. En moyenne les pays scandinaves sont à 25% et les pays ‘libéraux’ comme les Etats-Unis et l’Angleterre sont à un peu près 20%. Deveniz qui est champion : la France et la Belgique. Et les dépenses vont encore continuer à croître à cause du vieillissement de la population. Ma question est donc : est-ce économiquement soutenable ? 

L’Europe représente à peine 7% de la population mondiale, seulement 25% du produit intérieur brut mondial, mais c'est 50% des dépenses sociales du monde.



Ce n’est pas grave si les dépenses augmentent au fil du temps, tant qu’elles augmentent au même niveau du PIB. Comme on passe de 15 à 30% ce n’est pas le cas. Ci dessous-vous trouvez le graphique qui analyse l’évolution du PIB réel par rapport à l’évolution des dépenses sociales réelles.


L'objectif de notre Sainte Mère l’Etat est de redistribuer de la richesse pour avoir plus d’égalité et pour éviter la pauvreté. On peut parler pendant des heures sur la pauvreté mais d’après certaines personnes il faudra taxer les riches pour plus distribuer, pour diminuer la pauvreté. En effet, en regardant le graphique ci dessous on pourrait croire qu’au plus l’état dépense, au plus de redistribution au moins de pauvreté.


L’indicateur Net Social Spending

Je le regrette, je dois vous décevoir. Le concept social spending / GDP n’est pas idéal pour comparer les dépenses sociales entre pays. Il ne prend pas en compte les choses suivantes :

L’allègement fiscal 

En Belgique, il y un allégement fiscal quand un citoyen est inscrit au deuxième et troisième pilier de la sécurité sociale. En moyenne nous recevons un diminution de 30% du montant investit sur nos impôts. C’est de l’argent que notre Sainte Mère l’Etat ne touche pas. Le but de cette diminution est de stimuler les gens à chercher d’autres assurances. Il faut donc les prendre en compte pour calculer les dépenses sociales.

Les Etats-Unis subsident comme cela beaucoup. Il stimule les gens à prendre des assurances hospitalières, par exemple, privées. C’est une des principales raisons pourquoi le pays monte autant dans le classement des dépenses sociales. C’est la même histoire pour la Grande-Bretagne. J'y reviendrai plus tard.

Les impôts directs sur les contributions et sur les revenus 

On donne d’une main et on reprend de l’autre. Dans certains pays de l’OCDE les contributions sont comptées dans les revenues et sont taxées au même niveau que les revenus c’est à dire via la progressivité. Dans d’autres pays, c’est taxé à un taux réduit. Et oui, l’ami, nous taxes des impôts sur les pensions ou sur les allocations de chômages. En Belgique, l’impôt sur les revenus de remplacement (chômage, pensions) est calculé dans l’IPP.

Exemple : un sans-emploi avec femme et enfants recevrait de plus hautes allocations en Suède qu’en Autriche mais le revenu net après taxes et impôts est plus bas en Suède.

Le Net Social Spending en Suède prend seulement 70% des allocations de chômage en compte. La Suède dépense donc moins parce qu’elle récupère une partie via les impôts. Cette partie n’est pas comptée dans le Social Spending mais bien bien dans le Net Social Spending.

Les impôts varient par pays. Ci-dessous vous trouvez le graphique (Chart I.8) qui nous montre combien est récupéré via le système d’impôts. En moyenne 9,2% des dépenses sont récupérés.

Les impôts indirects ou la TVA 

Tout le monde paye de la TVA dès qu’il achète un bien ou un service, qu’il soit sans-emploi, employé, indépendant ou pensionné. Les contributions sont données aux gens pour financer leur consommation de biens et de services. Les allocations peuvent donc être utilisées pour payer de la TVA. Au Danemark, par exemple, la TVA est plus haute qu’ici. Le flux des contributions données aux gens, repart dans le budget du gouvernement.




Comparaison avec l'indicateur Net Social Spending

C'est ici que tout devient intéressant. Analysons le prochain graphique. Les pays sont ordonnés du plus grand dépenseur au plus petit selon l'indicateur Net Social SpendingOn trouve l'effet des allègements fiscaux et des impôts sur les dépenses.

Bon, la Belgique et la France restent en haut bien sûr mais ce qui est plus intéressant c'est que les USA et la Grande-Bretagne montent dans le classement, ils sont respectivement 5 et 6ième. Les Etats Unis passent de la 25ième place à la 5ième ! C'est un avancement très net !! La Finlande, la Suède, le Danemark et la Norvège descendent dans le classement. Ce recul est du à la progressivité de l'impôt sur le revenu et de la haute TVA. 

Mais cela veut dire quoi ? On croyait que les pays scandinaves était très généreux mais apparement les Etats Unis sont encore plus généreux.



J'ai parlé la tout à l'heure de pauvreté. Ordonnons les pays par Net Social Spending et regardons leur taux de pauvreté. Boom ! Chaos dans mon graphique... Aucune tendance. Les USA dépensent autant d'argent que la France mais a beaucoup plus de pauvres.

Les axes donnent le classement ou le ranking. 

Mais comment est-ce possible que la Finlande, la Norvège et la République Tchèque arrive à avoir moins de pauvreté en dépensant moins, en distribuant moins ? C'est peut-être pas un question de dépenses sociales. C'est peu-être une question d'économie ? Ou cela à voir l'efficacité du gouvernement. (Comment mesurer l'efficacité du gouvernement, cela veut dire quoi viendra dans un autre blogpost. Cette fois-ci je vais essayer de tenir ma parole :-) )



Conclusion

En Belgique, certains veulent suivre la voie libérale de l'Allemagne, d'autres veulent ressembler aux pays scandinaves. C'est via cette voie que certains essaient de justifier la hauteur des dépenses de l'Etat. Il faut redistribuer l'argent pour diminuer la pauvreté. La pauvreté est aberrante. Mais la seule manière de sortir quelqu'un de la pauvreté est de lui donner un job ! Et pour cela il faut faire tourner l'économie. C'est pas en augmentant les impôts et en redistribuant plus de richesse qu'on fait tourner l'économie. L'économie créera automatiquement de la richesse pour tout le monde ! Tout le monde ! 

On peut donc diminuer la pauvreté en dépensant moins. Et même si Notre Sainte Mère l'Etat veut redistribuer pour diminuer la pauvreté elle peut le faire en dépensant moins ! L'efficacité, l'ami ! 

Et puis, l'argent c'est une chose, la société en une autre. La société dans les pays scandinaves est organisée différemment qu'ici. Est-ce toujours utile de comparer ? Les différences de culture ne se comparent pas... et surtout pas avec des indicateurs économiques... 

A la prochaine, l'ami ! Amen.

Sources :
Cursus KULeuven
Adema, W., P. Fron and M. Ladaique (2011), “Is the European Welfare State Really More Expensive?: Indicators on Social Spending, 1980-2012; and a Manual to the OECD Social Expenditure Database (SOCX)”, OECD Social, Employment and Migration Working Papers, No. 124, OECD Publishing.
http://dx.doi.org/10.1787/5kg2d2d4pbf0-en
Social protection systems confronting the crisis by Tereza Vyprachticka, Andrea Garnero.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fiscalit%C3%A9_dans_l'Union_europ%C3%A9enne
http://www.oecd.org/social/income-distribution-database.htm
COMMISSION STAFF WORKING DOCUMENT  Employment and Social Developments in Europe 2012 http://www.europarl.europa.eu/RegData/docs_autres_institutions/commission_europeenne/swd/2013/0002/COM_SWD(2013)0002(PAR6)_EN.pdf

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le capitalisme, ennemi de la créativité

Mario Draghi en mode bazooka

Leading or leaving